BIOGRAPHIE

Romuald Daniel
Autodidacte, finement sensible aux éléments de la nature, qu'il emploie concrètement pour servir sa technique et son inspiration – la terre, l'eau, le feu, l'air.
L'artiste est un terrien tendre : ainsi en déduit-on de ses œuvres, qui savent allier avec grâce la puissante matière terre, modelée en grands formats, et la délicatesse des lignes, la précision du trait.
Son univers de prédilection puise dans son attirance pour la culture asiatique, son art de l'épure, sa sérénité, sa lenteur, tant il se sent proche depuis l'enfance des rythmes, mouvements et formes de l'Asie. Son inspiration artistique jaillit dans des porteurs d'eau ou des geishas, à la fois bien campés sur la terre d'où ils sont issus, et entourés d'un raffinement dans les gestes pourtant simples et les expressions toujours touchantes. Chaque sculpture est unique : l'apparente similarité entre elles tient à la posture, « croquée » sur le vif, et ainsi figée dans le temps au moment du « cliché » saisi par l'artiste. Il vous dira d'ailleurs que le temps ne compte plus lorsqu'il est à l’ouvrage, impossible pour lui de quantifier tout ce qui passe entre lui et son œuvre au fur et à mesure de son apparition, au fil de son inspiration du moment ; l'expression, les gestes, les couleurs en font un objet d'art unique.
L'artiste excelle par ailleurs dans l'univers animalier. Là aussi, il sait croquer, toujours en grands formats, éléphants, hippopotames, gorilles, rhinocéros, etc. Leur particularité reste la tendresse qui émane de l'expressivité des personnages, liée à une recherche sur la couleur, et alliée à la technique du Raku.
Car le Raku est présent dans toute l’œuvre de Romuald Daniel, c'est une technique dont il est passé maître, osant toutes les expériences sur des formats défiant toutes lois naturelles du feu. C'est là qu'il lui arrive de jouer aussi avec l'air, pour produire certains effets sur les craquelures si caractéristiques des cuissons Raku. Des geishas au dromadaire, en passant par les porteurs d'eau, toutes les sculptures portent la marque de cet art spectaculaire autant que risqué, qui exige de savoir littéralement jongler avec les éléments feu, air, terre...
L'essentiel de Romuald Daniel est ici révélé, car l'artiste est comme beaucoup, indissociable de son œuvre : les geishas sont des passeuses qui lui permettent de partager sa sensibilité et son univers avec son public. Ainsi, les détails de son parcours d'artiste, et de la renommée de ses sculptures, ne seront pas donnés ici, tant l'artiste les considère comme accessoires : l'essentiel est pour lui d'échanger autour de son œuvre, avec qui viendra la rencontrer.


Odile Vecciani, poétesse